Hey sinon vous lisez quoi en ce moment?

#3441

Une citation que j’aime beaucoup

“Le matin, j’émerge de mes rêves, le plus heureux des anges. Je me couche le soir, un vrai salaud. Qu’ai-je fait entre temps ? J’ai fréquenté les hommes et fouillé dans leur merde.”

#3442

Homère ??

#3443

Mes trois gosses ont des noms liés à des bouquins donc Moonhatta pensait pas à celui-là… :wink:

#3444

image

Génial !

#3445

je confirme ! Hilarant avec un grand I

#3446

ouais c’est très bien ce qu’elle fait

#3447

J’ai ce recueil quelque part au fond d’un carton perdu entre deux déménagements. Je vais essayer de remettre la main dessus teh
image

#3448


Pinaise super chelou…
Je m’accroche, mais c’est vraiment zarbi, il y a plusieurs “histoires” en parallèle dont la plus “importante” se passe dans une sorte d’administration américaine chargée de vérifier les déclarations d’impôts puis de redresser les contrevenants…
Certains passages sont incroyablement visionnaires sur ce que deviendra quelques années plus tard la politique US, mais c’est ardu à suivre quand meume…

Edith: ça plairait à Caly

#3449

Merci @Thetotor pour la lecture :

Pas étonnant que Pershing ai tout fait pour emmerder les Hellfighters, ce type a passé sa vie à défoncer des minorités ! Les Indiens dans l’Ouest, les Moros aux Philippines, puis les mexicains…
Et puis j’ai appris qu’un soldat noir avait été pendu dans le village où j’ai grandi… :cry:

#3450

pendu pendant la 1ere guerre?

#3451

“Poilus” “grande guerre” il y a comme des indices juste sur la couverture

#3452

mais il est pas de sologne ?

#3453

Ouais. Il y avait là-bas le plus grand camp américain : construction d’avions, usine frigorifique, dépôt de locomotives, stocks en tout genre, un truc immense et unique en Europe à l’époque. Des centaines de milliers de soldats américains y sont passés, du coup la police militaire réprimait les soldats en goguette à coup de bâton et en particulier les soldats noirs, parce qu’à cette époque aux USA c’est ségrégation et compagnie, du Nord au Sud où il n’y a guère qu’à New-York qu’on les laisse tranquille.

#3454

C’était une base arrière : http://www.museedesologne.com/wp-content/uploads/2014/04/Diaporama-Primaire-web.pdf

#3455

ah ok ouai, d’ailleurs à la liberation pareil, beaucoup de noirs pendu, comme bouc émissaire, apres les nombreux viols des normandes par les GI , d’ailleurs les noirs ont été évincé des défilés malgré le fait qu’ils étaient en première ligne…la honte absolue…

#3456

Le plus absurde, c’est que les soldats noirs américains étaient hyper appréciés par les généraux français ! Oui parce que Pershing ne voulaient pas que les noirs combattent sous l’uniforme américain, ils étaient donc incorporés dans des unités françaises ! Le Général Lebouc a écrit plusieurs rapports félicitant ces soldats pour leur courage, ils ont reçus la Croix de Guerre française mais que dalle de la part des américains…

#3457

C’est étonnant, parce qu’on peut penser qu’en France en 14/18, c’était quand même pas les Noirs qui couraient les rues, et pourtant il semble qu’ils aient été traités comme des compagnons d’arme (de manière générale, hein…) et pas comme des animaux… ou alors c’est tous les soldats qui étaient traités comme des animaux?

#3458

Ouais c’est très étonnant car les sénégalais et les marocains étaient considérés comme de la chair à canon, venant des colonies ils étaient des “sous-hommes”. Mais les blacks américains eux non, américains avant tout donc ils fascinés en quelques sorte les français.

Et puis ils ont importés le jazz (c’est quand même le thème principal du livre). James Europe qui était à NY le boss de l’intertainment (producteur, chef d’orchestre, compositeur, génie du piano, etc) c’était engagé dans l’armée pour former un big band avec la crème des musiciens new-yorkais. Ça a cartonné les français étaient comme des dingues !

1 Like
#3459

D ailleurs y a de supers témoignages de poilus sur Youtube, c est génial…et ils parlent de ça, et oui y avait une vraie entente

#3460

Bon les Poilus étant terminé, j’suis passé à l’opposé avec les Rasées :

On me l’a offert, personnellement j’suis pas trop attiré par cet auteur.

Bon bah faut reconnaître que le Monsieur a du métier dans les polars. Flics un peu caricaturaux mais c’est vachement bien huilé, difficile de s’arrêter une fois lancer… Et puis ça parle de sex… Mais des trucs de déviants, j’en connais un rayon pourtant mais j’ai quand même appris des trucs.