Le topic des marins


#101

Barjo ! Apparemment le bateau de Gabart était endommagé depuis le début de course…


#102

“Ouin ouin!” :laughing:


#103

40 ans après l’arrivée historique de Mike Birch et Michel Malinowsky dans la première Route du Rhum, séparés par 98 secondes, François Gabart et Francis Joyon ont offert, la nuit dernière, un final au scénario inimaginable, fait de rebondissements, de suspense et de coups d’éclat. Récit, heure par heure.

17 h 25, dimanche (heure de métropole). Par un communiqué, le team Macif finit par dévoiler ce qui empêche François Gabart de mener son bateau à son potentiel maximum. Depuis le lundi suivant le départ, le maxi trimaran est amputé de son J3, puis de son foil tribord qui a disparu au fond de l’eau et enfin de son safran bâbord, brisé net. Évidemment, au vu de ces informations, on comprend mieux le retour foudroyant de Francis Joyon.

18 h 50. Le ciel est lourd, chargé de grains aux abords de ce fameux Rocher de la tête à l’Anglais qui marque le début du contournement de Basse-Terre. Un point de passage qui permet aussi de déclencher le chrono entre les concurrents. À ce moment dans la course-poursuite entamée avec Francis Joyon, François Gabart ne compte plus que 20 milles d’avance. C’est peu comparé aux plus de 120 milles dont il bénéficiait deux jours plus tôt.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF arrive à l’Ouest de la Guadeloupe et va devoir négocier le dévent de l’île.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF arrive à l’Ouest de la Guadeloupe et va devoir négocier le dévent de l’île. | THOMAS BREGARDIS.
19 h 45. Bénéficiant de conditions plutôt favorables, François Gabart entame une descente le long de la côte ouest de la Guadeloupe, plutôt rapide, à 16-17 nœuds sur une trajectoire directe. Idec est maintenu à distance à 20 milles, quand Macif passe au large de Bouillante.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF lors de son passage à l’Ouest de l’île dans la pétole.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF lors de son passage à l’Ouest de l’île dans la pétole. | THOMAS BREGARDIS.
20 h. C’est là que les ennuis commencent pour François Gabart. Au large de Bouillante, le leader se trouve pris dans une zone de calmes dont il ne parvient pas à se dépêtrer. La situation devient même cauchemardesque pour le skipper qui tente de garder sa concentration, scrute l’horizon aux jumelles à la recherche de la moindre risée, et ne jette même pas un coup d’œil derrière lui. Pourtant pendant ce temps-là, Francis Joyon continue à avancer, à allure modérée certes, mais il avance. Et commence à réduire son retard. Il fond même jusqu’à se stabiliser à 3 milles.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF lors de son passage à l’Ouest de l’île dans la pétole.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart sur MACIF lors de son passage à l’Ouest de l’île dans la pétole. | THOMAS BREGARDIS.
23 h. Depuis deux heures, les deux bateaux jouent à chasse risée au large de Basse-Terre. Le passage de cette bouée située à quelques centaines de mètres du rivage est un calvaire car elle oblige à manœuvrer dans des conditions délicates quand il n’y a pas de vent. Par chance, enfin, François Gabart retrouve un peu d’air et passe la fameuse bouteille de rhum flottante avec un petit matelas reconstitué de 3 milles, alors qu’il n’y avait plus que 0,5 mille une demi-heure avant. On pense alors que Macif, même handicapé par ses soucis techniques, va s’échapper définitivement.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.Francis Joyon sur IDEC Sport à l’ouest de l’île.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.Francis Joyon sur IDEC Sport à l’ouest de l’île. | THOMAS BREGARDIS.
23 h 30. Peu avant l’entrée dans le canal des Saintes, Macif file entre 15 et 20 nœuds. L’écart se creuse à nouveau par devant alors qu’il ne reste qu’une vingtaine de milles avant l’arrivée.

23 h 55. À la sortie du Canal des Saintes, Francois Gabart poursuit son bord en direction de l’Ile de Marie-Galante. Un choix qui peut paraître surprenant, car, tactiquement, il ouvre la porte à Francis Joyon à l’intérieur. « J’étais au près sur ce bord-là, a expliqué François Gabart à l’arrivée. Mais c’est un classique en régate, celui qui passe derrière bénéficie d’une rotation de 20 ou 30 degrés et vous n’y pouvez rien… C’est le jeu. » Un jeu qui remet Joyon dans le match, puisqu’il reprend tout son retard en quelques milles et finit enfin par passer devant son rival.

1 h du matin, lundi. Joyon semble à son tour filer vers la victoire dans la baie de Pointe-à-Pitre. Patatras, alors qu’il possède près de 3 milles d’avance, il voit deux filins de filets de pêche se prendre dans ses safrans. Impossible de les enlever. La vitesse d’Idec chute. Macif revient au contact.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart (Macif) et Francis Joyon sur IDEC Sport bord à bord à quelques minutes de l’arrivée.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart (Macif) et Francis Joyon sur IDEC Sport bord à bord à quelques minutes de l’arrivée. | THOMAS BREGARDIS.
2 h. Il reste encore 10 milles à parcourir, et le vent tombe dans la baie de Pointe-à-Pitre. Si Joyon parvient à garder un léger avantage, il voit quand même Macif, trois tonnes plus léger, se rapprocher dangereusement.

3 h. Alors que les lumières de la ville commencent à se distinguer dans la nuit noire, l’écart n’est plus que de 1 mille. Macif gratte mètre après mètre. Et il apparaît alors que les deux derniers virements de bord seront décisifs.

La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart (Macif) et Francis Joyon sur IDEC Sport bord à bord à quelques minutes de l’arrivée.
La Route du Rhum 2018, l’arrivée.François Gabart (Macif) et Francis Joyon sur IDEC Sport bord à bord à quelques minutes de l’arrivée. | THOMAS BREGARDIS.
4 h. Après avoir bien réussi sa manœuvre, Francis Joyon, décide de faire route directe vers la ligne. Il reste moins d’un demi-mile et François Gabart est en train de tenter le coup de la cuillère, un passage sous le vent du rival. Le suspense est alors à son comble. Alors qu’il est en position défensive Francis Joyon déclenche le premier l’Ultime virement. François Gabart tarde davantage. C’est fini. Idec franchi la ligne poussé par une risée. Il est 4 h 21. Francis Joyon remporte la route du Rhum avec 7 minutes et 8 secondes d’avance sur François Gabart. Une arrivée d’anthologie qui écrit une des plus belles histoires de la plus célèbre des transats.

:astonished: :wink:


#104


#105

Point de “ouinouinisme” là-dedans Monsieur Totoche, juste un soulignement de la performance du pré pubère de la mer. Il a bluffé le coquinou. Et le coup du filet de pêche dans le safran de Joyon dans les derniers miles ! Foufou !


#106

c’est ouf n’empeche Oo


#107

Alors Snoof et Shiva on se fait dans le slip? Y’a papa qui arrive pleine bourre au reaching :laughing:


#108

Putain j’ai pris une option très mauvaise en tapant au sud… J’me traine la bite alors que j’étais passé 16000.


#109

Je vais me mettre en mode Joyon !
J ai que 5 heures de retard sur Snoof
Sorcier, rien n’est joué :wink:
enfin t’avances à 10 noeuds de plus que moi :laughing:


#110

ya Yvan Bourgnon chez moi ce soir


#111

? chez toi?


#112

Vous avez vu que le bateau de Joyon était équipé du système antichavirage ACS de Ganovelli? :astonished:


#113

Ah on fait moins les malins quand il s’agit de parler technique hein? :smiling_imp: :mrgreen:


#114

Je me suis posé la question s’ils équipaient Banque populaire :laughing:


#115

Ils avaient oublié de charger les piles, je crois… :laughing:


#116

Mais C’est des potes à toi sinon?


#117

les italiens savent juste cuisiner, ils sont nuls en technique


#118

Tu parles, il l’a lu sur Sud Ouest comme tout le monde :laughing:


#119


:laughing: :laughing: :laughing:


#120

Ah ok !
Merci d’avoir partagé cette info avec nous. :laughing: